Aventure spatiale : Une photo de la Terre pour moins de 150 $ !

Deux étudiants du MIT ont réussi à photographier la Terre depuis l’espace avec un budget étonnamment faible de 148 $. Ils ont réussi à accomplir cet exploit en utilisant des composants disponibles dans le commerce, ouvrant les portes à une nouvelle génération d’amateurs de l’espace. Une initiative dont les réalisations inspireront peut-être les enseignants et les élèves à poursuivre dans des voies similaires.
Justin Lee et Oliver Yeh avez toujours rêvé de voir la Terre depuis l’espace, mais jusqu’à récemment, ils ont cru qu’ils n’avaient ni le budget ni l’expertise technique pour envoyer une caméra dans la stratosphère.

photo depuis la stratosphère

Début Septembre, dans un moment d’inspiration créatrice, le couple a conçu une méthode novatrice à faible coût pour la photographie spatiale.

Pour un montant inférieur à 150 $, et ils ont été en mesure de construire un dispositif sans modifications substantielles des composants achetés dans le commerce. Les contraintes de leur appareil étaient les suivantes : monter à une altitude suffisamment élevée pour la capture des photographies spatiales, résister aux températures extrêmes de la stratosphère et être traçable afin d’être récupéré à son retour sur terre.

Les étudiants savaient que des ballons météorologiques gonflés à l’hélium  étaient capables d’atteindre des altitudes d’environ 18 miles (30 kms), suffisamment élevées pour photographier la courbure de la terre. Les ballons météorologiques sont également relativement bon marché; un ballon 300 g de latex peut être commandé en ligne pour 20 $ et peut être rempli d’hélium dans un magasin de fête pour 30 $. S’ils pouvaient utiliser un appareil photo léger alors un ballon de 300g aurait assez de portance de porter leur dispositif dans la haute stratosphère.

glow

Les températures dans la stratosphère peuvent facilement atteindre -55°C, et à cette température, les piles cessent de fonctionner mettant hors service toute électronique embarquée. Pour contourner ce problème sans recourir à l’usage de coûteux matériels résistants ou de chauffage, ils ont utilisé une sorte glacière en polystyrène et des chauffe-mains accolés à l’équipement électronique permettant d’en garantir le fonctionnement pendant le vol.

La localisation et la récupération d’un appareil photo après un lancement dans l’espace est une tâche difficile. Les ballons météorologiques sont suivis en utilisant des modems radio GPS qui sont lourds, coûtant des milliers de dollars, et exigeant souvent des configurations matérielles complexes. Au lieu d’acheter un modem radio pour leur appareil photo, Lee et Yeh opté pour l’utilisation d’un téléphone cellulaire équipé d’une sonde GPS pour une montant de 50$. Le téléphone cellulaire a été fixé à la caméra et a constamment signalé sa position GPS par SMS.
Lee et Yeh ont lancé leur ballon de la ville de Sturbridge, le mercredi 2 septembre 2009. Leur ballon-caméra-téléphone cellulaire a atteint une altitude de 18 miles (29 kms), avant de retomber sur terre. A cette altitude, la courbure de la planète ainsi que la noirceur de l’espace ont été photographiés par la caméra. Les photos prises montrent des formations de nuages qui parsèment la terre bleue ci-dessous, et les bords de notre atmosphère lueur d’un bleu lumineux, ce qui reflète l’éclat du soleil.
«Nous avons regardé ces photos et pensé : « wow! , ce sont des œuvres d’art »», remarque Lee. «Cela nous a poussé à réfléchir profondément sur les relations entre la science et l’art».
Après leur lancement, le duo a créé un site Web, http://1337arts.com consacré à promouvoir la beauté de l’art scientifique et  combler les communautés scientifiques et l’art. Cela pourrait être quelque chose d’important », remarque Lee. «Imaginez si les étudiants en art et les étudiants en science pouvaient être réunis pour faire quelque chose en commun comme [un lancement dans l’espace]. »
Yeh a souligné le caractère novateur de leur travail. « Le fait que nous ayons pu accomplir cette photo de l’espace sur un budget aussi faible et avec un minimum de modifications électronique prouve que c’est vraiment possible pour quiconque. Imaginez combien d’élèves pourraient être inspirés si leur professeur de sciences prenait le temps de les éveiller à sortir un peu de ce monde. « 

À une époque où les compressions budgétaires forcent la NASA à réduire ses dépenses, et à un moment où les enseignants des sciences de bataillent pour capter l’intérêt de leurs  élèves, des lancements à petit budget spatial pourrait être exactement ce que nous avons tous besoin.

via CNN,  ci dessous la vidéo complète du vol en accéléré.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *