J’ai testé pour vous : la guirlande autonome solaire 100 leds !

Noël arrive, j’adore cette période, les gens sont joyeux, ils préparent leurs listes de cadeaux au Père Noël et ils décorent leur maison. C’est ce dernier point qui nous intéresse pour ce test.

Ces dernières années, la mode des décorations lumineuses extérieures a suscité un réel engouement auprès des Français. Mais l’opinion publique montre également du doigt la forte consommation électrique que cela occasionne, créant ainsi un point noir pour l’écologie. Lorsqu’on veut installer une guirlande électrique, il faut généralement trouver du 220 volts dans la jardin, dérouler un câble et bien étudier les temps d’éclairage pour ne pas voir sa facture d’électricité exploser. La solution, MyCrazyStuff l’a trouvé, c’est la guirlande autonome solaire !

guirlande solaire

D’un naturel curieux et très orienté sur la technique je me suis tout de suite posé la question suivante : « une guirlande solaire dans le jardin en plein hiver alors que le soleil se fait rare à cette période, est-ce vraiment fiable ?  » La réponse est à la fin de ce test (Pour information, j’ai réalisé ce test début novembre et imaginez la tête des mes voisins lorsque j’ai sorti la guirlande ! ).

J’installe tout d’abord ma guirlande multicolore et là je ne me pose pas trop de question sur l’emplacement si ce n’est la position du soleil. En hiver le soleil est plus bas et il faut bien calculer l’orientation du panneau solaire. Deux solutions pour fixer le capteur solaire s’offrent à moi : je le plante ? ou je le clipse ? Je décide alors de le clipser sur le toit de mon chalet de jardin qui possède une orientation Sud Ouest et j’installe les 10 mètres de guirlande sur la façade (du chalet !). Un petit clou pour le boîtier principal et le tour est joué.

installation du panneau solaire

Premier test : conditions extrêmes.

Le Test : Pour que le test soit objectif, je décide de tester l’autonomie de la guirlande en forçant son fonctionnement. Par défaut les batteries de la guirlande sont chargées dès leur fabrication, pour avoir la réelle indication de ce que peuvent consommer les leds, il me faut pousser le système dans des conditions extrêmes afin de déterminer son autonomie maximum : je cache la cellule photo-électrique du panneau solaire, faisant croire au système que la nuit est tombée et qu’il faut être allumé. Je laisserai ainsi la guirlande puiser dans ses réserves jusqu’à extinction complète.

J’allume  la guirlande  (en marche forcée) avec toutes les leds allumées fixes (pour rappel il y a 100 leds et 5 modes d’illumination). Il est 17 heures et mon chalet scintille de mille feux dans la pénombre : qu’il est beau ! (il me faut expliquer à mes voisins ce que je fais, ils commencent à se poser des questions…). La nuit passe et dès le lendemain matin je me rue à la fenêtre pour voir si la guirlande solaire fonctionne toujours.

Aucun problème, les 100 leds brillent toujours autant. La journée passe puis une nouvelle nuit et ce n’est que le surlendemain dans la matinée que la guirlande s’éteindra d’épuisement, soit près de 36 heures après l’avoir allumé. A moins d’habiter vers le cercle Arctique Polaire, votre guirlande ne connaîtra jamais de nuit d’une telle durée sans pouvoir faire de pause de rechargement ! l’autonomie est donc excellente pour alimenter 100 leds pendant plus de 24 heures en allumage continu.

Après avoir laissé notre guirlande se recharger pendant 24 heures sans allumage, je décide de réaliser un deuxième test, plus proche cette fois-ci des conditions réelles d’utilisation.

guirlande-solaire de nuit

Deuxième test : conditions normales.

La météo est correcte sans plus, un peu nuageuse et ces conditions sont annoncées pour plusieurs jours. Je commence alors le deuxième test : l’utilisation en condition dites normales.

Je règle l’éclairage de la guirlande en mode combiné (ce mode passe les 5 modes d’éclairage à la suite). Je règle le Timer (comprenez programmateur) sur 6 heures : cela signifie que  la guirlande va fonctionner pendant 6 heures à partir du moment où elle s’allume. Il est également possible de régler le Timer sur 8 heures et 10 heures, il suffit d’appuyer successivement sur le bouton Timer pour faire le réglage, c’est super simple, j’adore ! Il est environ 17h30, la nuit tombe et la guirlande s’allume comme prévu. Au bout de 6 heures, il est 23 h 30, les enfants sont couchés, mais aussi certains adultes (oui oui j’en connais !) et la guirlande s’éteint automatiquement…. super ! l’énergie stockée dans les batteries n’est donc pas gaspillée et  sera utilisée pour les jours suivants ! sachant que le panneau solaire « nourrira » les batteries en plein jour en fonction de l’ensoleillement, ce programmateur est un réel atout pour garantir l’autonomie de la guirlande.

Pendant les 5 jours qui suivent, je laisse fonctionner la guirlande de la même manière sans rien modifier. La semaine de test s’achève et je constate que ma guirlande scintille toujours autant dès la nuit tombée. Le test est donc concluant et je décide de la ranger  (mes voisins trouveront plus logique que je la mette en fonctionnement dès le mois de décembre 🙂 ).

Conclusion :

– Tout d’abord, la guirlande est restée allumé 36 heures ce qui signifie que lorsque la batterie est complètement chargée, il est possible d’utiliser la guirlande pendant 6 jours avec un fonctionnement de 6 heures par jour sans un seul rayon de soleil et dans le noir complet ! Sans oublier que la guirlande était en mode d’éclairage fixe par conséquent on peut imaginer que l’autonomie sera encore supérieure en mode clignotement.

– Par ailleurs, il est généralement fastidieux de devoir régler un programmateur pour une guirlande électrique traditionnelle car les jours raccourcissent ou s’allongent et les réglages doivent être constamment ajustés. Avec le panneau solaire équipé de son détecteur de luminosité, ce problème est résolu automatiquement et la guirlande s’allume quand la nuit tombe tout simplement, quelqu’en soit l’heure par rapport à la veille.

– Enfin, au bout des 5 jours d’utilisation, je n’ai constaté aucune baisse d’intensité lumineuse. Après avoir déchargé les batteries au maximum, celles-ci se sont rechargées sans aucun problème dès la première journée. Je pense que le temps d’utilisation peut baisser un peu lors de température plus froide en Janvier/Février par rapport à début novembre mais la barre (de charge) est déjà placée haute !

Résultat : « oui Monsieur, la guirlande solaire ça fonctionne aussi en hiver », « oui Madame, c’est écolo et ça ne consomme rien du tout ». Personnellement j’ai adopté, je pense même que je m’en servirai en été pour des soirées barbecue. Et non ! je ne vous redonnerai pas votre échantillon Monsieur Stuffy 😉

10 Comments

  • C’est clair que quand on voit la consommation des guirlandes, installer des panneau photovoltaique dessus est plutot une bonne choses…

    Ou peut on trouver ce produit en bourgogne ?

  • Bonjour,
    Je suis tout à fait daccord avec toutes les réponses précédentes.Et je confirme de plus que les guirlandes solaires sont capables de stocker l’énergie plusieurs jours voire plusieurs mois selon les caractéristiques techniques des capteurs. Par contre, lorsqu’une guirlande (ou lampe) solaire est inutisable il faut IMPERATIVEMENT s’en débarasser dans un lieu approprié telle une déchèterie car les capteurs contiennent de la silice… Et enfin pour répondre à Joachim,il faut considérer les guirlandes solaires non pas comme un moyen d’éclairage ( à moins d’en disposer de plusieurs !) mais comme de la déco lumineuse. Par contre en regroupant votre guirlande dans un vase ou pot transparent vous accentuez la luminosité et en même temps cela enlève un peu la connotation »Noël » des guirlandes.
    Anne

  • Bonjour,

    Une question pour ceux qui l’ont achetée.

    Éclaire t-elle bien?

    Puis-je m’en servir pour éclairer un mur et manger dehors sans pb???

  • Cher Monsieur,
    J’ai aimé lire votre article sur votre guirlande solaire. J’aimerai vous apporter quelques précisions.
    Malheureusement, j’ai bien peur que le mode « clignotement » consomme bien plus que le mode « fixe ». En effet, comme tout appareil électrique, à durée égale, la durée de mise en route demande bien plus d’énergie que la durée d’utilisation. Ainsi, à chaque fois que la diode se rallume, elle consomme plus que sil elle était restée allumée (multiplié par le nombre de diodes de la guirlande, ça représente un peu).
    Par ailleurs, sachez qu’aujourd’hui, les panneaux solaires à énergie photovoltaïque ne sont pas écologiques car leur fabrication nécessite bien plus d’énergie qu’ils ne pourront produire dans leur vie…
    Je suis assez préoccupé par l’écologie. Elle devient plus un business qu’autre chose. Méfions-nous…

    • Merci pour ces précisions. Certes vous n’avez pas tort, cependant l’intérêt de ce produit est qu’il ne consomme aucune énergie autre que celle fournie par le soleil. A mon sens, et si on raisonne en terme de volume global, mais peut-être que je fais fausse route, il est quand même intéressant d’utiliser ce type de guirlande autonome pour utiliser son jardin plutôt qu’une guirlande traditionnelle reliée au secteur (réputée pour leur consommation excessive).

  • J’étais un peu spétique au début lors de mon achat et quelle surprise quand je l’ai mise en route ! Cela fonctionne à merveille. Les leds sont bien plus puissantes qu’une ancienne gurilande solaire, je pense faire l’acquisition d’une nouvelle guirlande très prochainement.

  • Je fais des envieux dans mon quartier depuis que j’ai installée mes guirlandes solaires.

    Auriez-vous des panneaux pour indiquer à mes voisins jaloux que je détériore en rien mon bilan carbone en illuminant mon jardin pendant la période de l’avant ???

    Merci encore de nous proposer d’aussi chouette produit.

    Rémi un fan !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *